on


on
   Le pronom indéfini "on" ne se met pas toujours indifféremment pour "l'on". Il faut se servir de "on" quand il n'y a point de voyelles qui se heurtent rudement, et autrement mettez "l'on": "on" se souvient des services qu'"on" a rendus, et "l'on" oublie souvent ceux que "l'on" a reçus. Mais la poésie, en vertu de ses licences, emploie l'un et l'autre indifféremment.

Dictionnaire grammatical du mauvais langage. . 2014.